Spécialiste des compléments alimentaires et cosmétiques bio depuis plus de 40 ans.

Spécialiste des compléments alimentaires et cosmétiques bio depuis plus de 40 ans.

Découvrez des produits bio et produits naturels à base de vitamines, minéraux, actifs naturels issus des plantes, de la mer ou de la ruche. Retrouvez aussi des produits de beauté cosmétiques bio, des aliments santé, des huiles essentielles et des détergents écologiques.

En cours de chargement...

Mon compte
Nouveau Client ?
Créer un compte
 
Vous êtes ici :
  • Accueil
  • La gemmothérapie, le bien-être par les bourgeons

La gemmothérapie, le bien-être par les bourgeons

Publié le 1er juin 2017
Par Michel de Sarrieu, Docteur en Pharmacie

Depuis la nuit des temps, l’être humain utilise les plantes pour son bien-être. La gemmothérapie s’appuie sur les propriétés bienfaitrices des bourgeons en les extrayant par macération. Cette préparation permet de bénéficier de toute la quintessence de la nature concentrée dans les bourgeons.


gemmotherapie

Qu’est-ce que la gemmothérapie ?

Définition de la gemmothérapie

La gemmothérapie tire parti des propriétés des tissus embryonnaires des végétaux en croissance : les bourgeons et les jeunes pousses d’arbres et d’arbustes.

Les tissus en pleine croissance sont, non seulement porteurs de l’ensemble de « l’information » véhiculée par la plante, mais aussi du « principe de rajeunissement ».

 

Petite histoire de la gemmothérapie

L'utilisation des bourgeons pour leurs vertus bienfaitrices remonte à l’Egypte ancienne. Les bourgeons y étaient perçus comme étant "l'essence de la vie" et utilisés comme source de jouvence aidant aussi bien à soutenir l'organisme qu'à améliorer ses fonctions normales.

Au XIIe siècle, Sainte Hildegarde conseille* 8 bourgeons d’arbres (bouleau, cassis, châtaignier, églantier, frêne, peuplier, pommier et tilleul) pour leurs vertus phytothérapiques.

L’utilisation des bourgeons fut abandonnée pendant environ 5 siècles ; les moyens technologiques permettant l'extraction des substances actives des bourgeons étaient limités et les résultats très variables.

Ce n’est que dans le milieu du XXe siècle que plusieurs scientifiques se replongèrent dans l’étude des bourgeons. Ainsi, le Dr Pol Henry découvre que le bourgeon a un fort effet régénérant sur le ou les organes qu'il cible, mais aussi qu'il porte en lui l'ensemble des vertus des différentes parties du végétal en question. Il élabore alors une méthode d'extraction des bourgeons qui ouvre la porte à la gemmothérapie.

 

La cueillette des bourgeons et le respect de la nature

La cueillette est le premier pas pour élaborer un produit de qualité dans le respect de l’homme et de son environnement.

De façon générale, la récolte des bourgeons est liée au stade de croissance de la plante, mais aussi à l’heure de la journée, aux conditions météorologiques, à l’exposition du site de cueillette ou de culture de la plante…

Les bourgeons et les jeunes pousses sont cueillis au moment du « débourrage » peu avant leur éclosion. C’est une période très brève (de quelques heures à deux journées tout au plus…) lorsque la vigueur et la concentration en actifs des bourgeons sont maximales.

 

Zoom sur la Charte des bonnes pratiques de cueillette de bourgeons de Fleurance Nature

 

Les bourgeons certifiés bio utilisés dans les produits Fleurance Nature, sont récoltés en France et respectent une charte de cueillette garantissant la préservation de l’arbre et de son environnement naturel. 

Dans cette charte, le cueilleur s’engage à : 

  • ne récolter qu’un quart à un tiers des bourgeons de l’arbre ;

Répartir la récolte sur l’ensemble de l’arbre ;

  • respecter une période de repos pour les arbres cueillis ;
  • prélever uniquement des espèces non protégées.

Les récoltes sont faites sur des sites éloignés de toute pollution identifiable et certifiés bio. Le cueilleur s’engage à respecter et à préserver les sites de récoltes.

Cette charte cueillette suit des règles et des principes strictes édictés dans le Code de Bonnes Pratiques de Récolte fournis par l’OMS**.

Les respecter, c’est profiter de la nature tout en la protégeant.

 

La transformation des bourgeons en macérat

Pour préserver les substances actives des végétaux embryonnaires, les bourgeons fraîchement cueillis sont hachés et mis à macérer dans une solution liquide. Cette macération a donné le nom de « macérat ».

Il existe sur le marché deux types de préparation des macérats :

  • l’un privilégie un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine puis une extraction sans dilution (macérat concentré) ;
  • l’autre fait précéder l’extraction par une dilution (macérat dilué).

 Ces deux préparations peuvent être consommées par voie orale sous forme liquide.

 

Pourquoi préférer la gemmothérapie ?

Le bourgeon, la quintessence de la plante

Le bourgeon porte en lui tout le potentiel de croissance de l’arbre/plante. Il est à la fois les racines, les tiges, les feuilles, les fleurs et les fruits. Il combine cette énergie vitale puissante à de fortes concentrations d’éléments actifs comme des phyto-hormones et de l’ADN. Il est en quelque sorte le « totum » concentré de la plante.

Les vertus du bourgeon résident dans :

  • la jeunesse des tissus de bourgeon et leur intégrité ;
  • une diversité en substances actives uniques par rapport à la plante adulte ;
  • une concentration en substances actives supérieure aux autres parties de la plante.

 

La gemmothérapie, une réponse naturelle à certains besoins

Une solution naturelle à base de bourgeons s’adapte au “terrain” de l’homme comme la plante s’est adaptée au sien. Par exemple, le bouleau réputé pomper l’eau des tourbières aide à drainer l’organisme.

De manière générale, la gemmothérapie peut-être recommandée pour répondre à des besoins concernant :

  • les articulations, muscles et os,
  • le drainage et la détox,
  • le bien-être féminin,
  • la circulation,
  • la détente et le sommeil
  • la mémoire et la concentration

La gemmothérapie est une branche de la phytothérapie. Elle s’en différencie par l’utilisation des bourgeons et des jeunes pousses et non de l’intégralité de la plante (racine, feuilles, fleur).

 

Sources :

* Sainte Hildegarde, Le livre des subtilités des créatures divines

** Directives OMS sur les bonnes pratiques agricoles et les bonnes pratiques de récolte (BPAR) relatives aux plantes médicinales - Genève 2003