Spécialiste des compléments alimentaires et cosmétiques bio depuis plus de 40 ans.

Spécialiste des compléments alimentaires et cosmétiques bio depuis plus de 40 ans.

Découvrez des produits bio et produits naturels à base de vitamines, minéraux, actifs naturels issus des plantes, de la mer ou de la ruche. Retrouvez aussi des produits de beauté cosmétiques bio, des aliments santé, des huiles essentielles et des détergents écologiques.

En cours de chargement...

Mon compte
Nouveau Client ?
Créer un compte
 
Vous êtes ici :
  • Accueil
  • L’huile d’onagre pour le confort feminin a la menopause

L’huile d’onagre pour le confort féminin à la ménopause

Publié le 17 mars 2016
Par Valérie Debray, Docteur en Pharmacie

Chez plus de la moitié des femmes, la ménopause, se manifeste par tout un cortège de petits désagréments : sécheresse cutanée, prise de poids, perturbations du sommeil ou de l’humeur, sensations de  bouffées de chaleur et de sueurs nocturnes… Heureusement il existe des solutions naturelles pour vous aider à passer ce cap en douceur. Parmi celles-ci, l’huile d’Onagre, consommée depuis des siècles. Nous vous livrons tous ses secrets pour aborder sereinement cette étape délicate.


onagre fleurs huile

 

L’onagre une plante aux bienfaits ancestraux

Originaire d’Amérique du Nord et implantée en Europe au XVII e siècle, l’onagre (Oenothera biennis) est aussi appelée « Belle de nuit » ou « Primevère du soir ». Sa particularité ? Ses pétales d’une belle couleur jaune ne s’ouvrent qu’au crépuscule et fanent au lever du jour. Autre spécificité de l’onagre : ses fleurs émettent parfois au clair de lune une lumière phosphorescente ! Les herboristes la surnommaient aussi   «la panacée du roi » car elle était réputée pour traiter de nombreux maux.

Différents modes de consommation

On peut consommer sa racine charnue, bouillie,  et cuisiner ses feuilles comme un légume vert.  Même les fleurs sont comestibles et se retrouvent dans les assiettes de grands chefs cuisiniers ! On dit que les chasseurs amérindiens frottaient les semelles de leurs mocassins avec sa racine pour masquer leur odeur et pouvoir approcher les animaux plus facilement.

De la plante à l’huile

L’Onagre est une plante bisannuelle, c’est à dire qu’elle ne vit que deux ans produisant racines, tiges et feuilles la première année et fleurs et fruits l’été suivant. C’est à partir des minuscules graines séchées qu’on tire une huile jaune pâle d’odeur douce et agréable, à la composition étonnante. Afin de préserver tous les éléments nutritifs de cette huile délicate, on l’extrait par simple pression à froid.

 

onagre

 

 

L’huile d’onagre  pour préserver la beauté  et le « capital jeunesse » de la peau

L’huile d’onagre doit ses propriétés exceptionnelles à sa richesse en acides gras polyinsaturés : en particulier en  acide linoléique ou AL (environ 60%), un acide gras essentiel précurseur des oméga-6 mais également en acide gamma- linolénique ou GLA (8 %  à 10 % environ), un acteur clé de nombreux processus physiologiques. Les oméga-6 sont des constituants essentiels des lipides de notre corps. Ils participent au bon développement des tissus de l’organisme en particulier du tissu cutané.

L’huile d’onagre favorise le renouvellement cellulaire

L’huile d’onagre agit en particulier au niveau des cellules de la peau. Au fil du temps, le renouvellement cellulaire diminue et la peau perd de sa douceur et de son éclat. Grâce à sa composition unique en acides gras essentiels, l’huile d’onagre est la véritable alliée des peaux matures à la ménopause. Elle est aussi incomparable pour régénérer et doper les épidermes fragilisés. Les rides n’ont qu’à bien se tenir !

L’onagre participe au maintien de la souplesse de la peau

Grâce à sa teneur exceptionnelle en acides gras insaturés, l’huile d’onagre est un actif capable de pénétrer facilement l’épiderme. Cette huile est idéale pour adoucir et apaiser les peaux qui ont pris de l’âge. C’est pour cette raison qu’on la retrouve dans la composition de nombreux soins cosmétiques ! Pour profiter de ses bienfaits et permettre à la peau de retrouver son éclat et sa souplesse, on peut aussi la consommer en gélules sous forme de complément alimentaire.

 

L’huile d’onagre, l’actif phare de la ménopause

L’huile d’onagre est aussi indiquée pour venir au secours de certains désagréments associés à la ménopause.

Une huile au secours des sensations de bouffées de chaleur

Les bouffées de chaleur touchent entre 50 et 70% des femmes à la ménopause : rougeurs du visage et du cou qui s’étendent parfois au thorax, sueurs intenses incommodantes … Si elles ne sont pas graves elles empoisonnent la vie de nombreuses femmes ! L’huile d’onagre  est une solution naturelle et efficace pour les apaiser.

L’huile d’onagre restaure la barrière hydrolipidique de l’épiderme

Les acides gras sont les constituants essentiels des phospholipides des membranes cellulaires de l’épiderme. L’huile d’onagre revitalise la peau en restaurant la barrière hydrolipidique, fragilisée à la ménopause.

 

Où trouver de l’huile d’onagre ?

Si notre organisme produit du GLA à partir de l’acide linoléique il ne sait pas, en revanche, synthétiser ce dernier. Cet oméga-6 essentiel doit donc être apporté par l’alimentation. Pour avoir votre quota vous pouvez aussi  bénéficier d’un coup de pouce grâce aux compléments alimentaires ! On la trouve sous formes de gélules à prendre au cours des repas. Pour profiter pleinement de ses bienfaits choisissez une huile biologique  n’ayant subi aucun traitement chimique ou thermique susceptible de la dégrader.

L’huile d’onagre est une source d’actifs essentiels pour nous maintenir en bonne santé́ à la ménopause. Mais cela ne suffit pas ! Pensez aussi à avoir une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée. Enfin, notez que les apports en acides gras de l'alimentation doivent être équilibrés. Le bon ratio ? L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation de l’Environnement et du Travail (anses) préconise un rapport maximum de 5 c’est-à-dire 5 portions maximum d’oméga-6 pour 1 d’oméga-3 consommée. Cependant, de plus en plus de scientifiques tendent à conseiller de diminuer ce rapport et de le passer à 4/1 voir 3/1.