Spécialiste des compléments alimentaires et cosmétiques bio depuis plus de 40 ans.

Spécialiste des compléments alimentaires et cosmétiques bio depuis plus de 40 ans.

Découvrez des produits bio et produits naturels à base de vitamines, minéraux, actifs naturels issus des plantes, de la mer ou de la ruche. Retrouvez aussi des produits de beauté cosmétiques bio, des aliments santé, des huiles essentielles et des détergents écologiques.

En cours de chargement...

Mon compte
Nouveau Client ?
Créer un compte
 
Vous êtes ici :
  • Accueil
  • Comment prévenir et réduire le mal des transports ?

Comment prévenir et réduire le mal des transports ?

Publié le 3 mai 2017
Par Valérie Debray, Docteur en Pharmacie

Le mal des transports est généralement sans gravité, il est néanmoins très désagréable pour ceux qui le connaissent. Un voyage en voiture ou en bateau peut ainsi tourner au cauchemar. Quels gestes simples adopter ? Quelles solutions naturelles emporter dans sa trousse de voyage ?

 

mal transports conseils  

 

Qu’appelle-t-on « mal des transports » ? 

Vous avez dit mal des transports ? 

Le mal des transports (ou cinétose) se rapporte à des nausées, vertiges et diverses sensations… ressenties lors de déplacements en bateau, en voiture voire en train et même dans un manège forain. Ces turbulences sont liées au contraste entre le mouvement enregistré par les yeux et l’immobilité du corps perçue par l’oreille interne, siège de l’équilibre interne.

L'oreille interne fait croire au cerveau que notre corps se déplace car le liquide présent dans le vestibule, organe de l’équilibre, bouge avec le mouvement du véhicule. Alors que la vision et les autres capteurs n'envoient aucun message de mouvement. Le cerveau parvient à rétablir l'équilibre au bout d'un certain temps.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

L'illusion du mouvement à l'occasion de la projection d'un film sur grand écran ou avec un stimulateur de mouvement de jeu vidéo peut déclencher les signes de la cinétose.

 

Qui est le plus sujet au mal des transports ? 

Les enfants de 2 à 12 ans sont les plus touchés par le mal des transports ainsi que les personnes âgées de plus de 60 ans. Les femmes sont généralement plus sensibles que les hommes, en particulier durant la période des règles (surtout si elles sont douloureuses) ou la grossesse.

Plus généralement, nous y sommes plus sujets à jeun, fatigué, dans un espace confiné sans air ou en période de stress. Les antécédents de migraine représentent aussi un facteur favorisant*.

 

Quels sont les signes du « mal des transports » ?

Le mal des transports débute par une hypersalivation, une pâleur extrême, des sueurs froides et des nausées ou sensation de “mal au coeur”. Il peut aller jusqu'à des désagréments extrêmement perturbants tels que vomissements, troubles de l'équilibre, maux de tête, nervosité…

Le mal des transports est généralement bénin. Cependant, restez attentif à la perte d’eau ou d’appétit.

 

Comment limiter les effets du mal des transports ? 

Quelles sont les solutions naturelles ? 

Le gingembre sous forme dhuile essentielle, de tisane ou de comprimés

Le gingembre agit sur les problèmes digestifs. Son action calmante sur la muqueuse de l'estomac contribue à réduire les nausées, les vomissements et les autres désagréments liés au mal des transports.

  • Lhuile essentielle de gingembre : Appliquer 1 à 2 goutte(s) pure(s) (ou diluée(s) dans un peu d’huile d’amande douce) sur le cou, au niveau de la carotide ou prendre 1 goutte dans une cuillère de miel 1 à 2 fois par jour, pendant le voyage.
    L’huile essentielle de gingembre est déconseillée pendant les 3 premiers mois de grossesse et chez les enfants de moins de 7 ans.
  • La tisane de gingembre : Compter 1 cuillère à café de racine concassée pour 1 tasse. Faire bouillir 5 minutes puis laisser infuser 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour avant les repas, dans la journée du déplacement.
    La tisane de gingembre est déconseillée pendant la grossesse, l’allaitement et chez les enfants de moins de 12 ans.
  • Lextrait de racine de gingembre sous forme de comprimés : prendre un comprimé 30 minutes avant le départ.
    Les comprimés de gingembre sont déconseillés aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants.

Dautres huiles essentielles pour le mal des transports :

  • Lhuile essentielle de menthe poivrée en massage ou par voie interne : La menthe poivrée est un très bon tonique digestif et un antinauséeux. Elle apaise également les maux de tête.
    En massage sur le cou le long des tendons, diluer quelques gouttes dans une huile végétale. Par voie orale, prendre 1 goutte par jour diluée dans une cuillerée de miel ou d'huile alimentaire.
    L’huile essentielle de menthe poivrée est déconseillée pendant la grossesse, l’allaitement et chez les enfants de moins de 6 ans.
  • Lhuile essentielle de citron : Elle est reconnue pour ses vertus digestives. L’essence de citron stimule le foie et le pancréas.
    Déposer 1 goutte sur un comprimé neutre, en avaler un avant le voyage puis pendant.
    L’huile essentielle de citron est déconseillée en cas de prise d’anticoagulants, pendant la grossesse et l’allaitement et chez les enfants de moins de 7 ans. Elle ne doit pas être appliquée pure sur la peau et il faut éviter l’exposition au soleil après application.

 

Quels gestes simples adopter ? 

Avant le déplacement

  • Bien dormir la nuit précédente.
  • Manger léger et éviter de partir le ventre vide.
  • Ne pas consommer d’alcool.
  • Enfiler des vêtements confortables.
  • Préparer une trousse de voyage contenant des huiles essentielles de menthe poivrée et de gingembre, un flacon d’huile végétale ou un pot de miel, un thermos de tisane de gingembre ou des comprimés de gingembre, un oreiller pour maintenir la tête droite et bien sûr de l’eau en quantité suffisante.

 

Pendant le déplacement

  • Privilégier les places situées au niveau des ailes en avion, devant à côté du chauffeur en voiture et au milieu en bateau.
  • Concentrer le regard sur un point fixe loin et droit devant en maintenant la tête bien droite.
  • Eviter si possible de rester dans un espace confiné telle que la cabine d’un bateau. En voiture, aérer régulièrement.
  • Bien respirer en adoptant une respiration abdominale, profonde et relativement lente.
  • Penser à bien s’hydrater.

Pour des déplacements sereins, adoptez ces gestes simples, rassemblez les compléments alimentaires nécessaires et préparez tout ce qui permettra d’adoucir le mal des transports.

 

Source :

* « Recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique » in Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 31 mai 2016