Livraison gratuite à partir de 35€ d'achat

Notre première boutique est ouverte !

Nos coffrets cadeaux dès 15.90€

Le spécialiste des actifs naturels et bio

En cours de chargement...

Mon compte
Nouveau Client ?
Créer mon compte

L'aromathérapie à la loupe


Véritable alliée bien-être, l’aromathérapie repose sur l’utilisation des huiles essentielles aux vertus bienfaitrices. Voici un petit guide de l’aromathérapie, ou comment comprendre le pouvoir de ces essences aux arômes bien prononcés.  

Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

Définition de l’aromathérapie

L’aromathérapie est une branche de la phytothérapie. Etymologiquement, phyto signifie plantes, thérapie veut dire soigner.

L’aromathérapie consiste à recueillir certains actifs des plantes au moyen d’un processus de distillation à la vapeur d’eau pour en récupérer la forme liquide et concentrée. Cette essence de principes actifs contenus dans la plante est appelée huile essentielle.

Petite histoire de l’aromathérapie…

Avant l’Antiquité, les égyptiens intégraient déjà l’aromathérapie à leurs remèdes. On trouve ainsi des traces de menthe ou de laurier dans leurs potions curatives.

Il faut attendre le XIe siècle pour qu’apparaisse la distillation des plantes, visant à en extraire les principes actifs.

En 1910, René-Maurice Gattefossé, jeune chimiste français, se brûle gravement les mains suite à une explosion de laboratoire. Les soins classiques de l’époque restent sans effet et l’infection gagne du terrain. Selon la légende, René-Maurice Gattefossé aurait soigné sa main infectée à l’aide d’huile essentielle de lavande, dont il aurait ainsi découvert les propriétés calmantes, antiseptiques et cicatrisantes. 20 ans plus tard, il publiera « Aromathérapie ».

Il est considéré comme l’un des pères fondateurs de l’aromathérapie.

Les huiles essentielles en plein cœur de l’aromathérapie

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Une huile essentielle est un produit odorant, généralement de composition complexe, obtenu à partir d’une matière première végétale botaniquement définie, soit par entraînement à la vapeur d’eau, soit par un procédé mécanique approprié sans chauffage. L’huile essentielle est le plus souvent séparée de la phase aqueuse par un procédé physique n’entraînant pas de changement significatif de sa composition.

 L’huile essentielle est également appelée essence.

huiles-essentielles
article-bon-a-savoir-icon

Le saviez-vous ?

Contrairement aux idées reçues, ces essences ne contiennent en réalité aucune trace de corps gras. Il s’agit plutôt d’un concentré de molécules actives.

Les huiles essentielles : des produits naturels purs

Zeste, graine, feuille, fleur, tige… les huiles essentielles peuvent se trouver dans toutes les parties de la plante. Même dans le bois comme le cèdre ou les racines pour le vétiver.

Ces essences sont présentes dans la plante en très petite quantité. Il faut par exemple 150 kg de lavande pour produire un litre d’huile essentielle, 100 kg de mélisse officinale pour 15 g d’huile.

Chaque huile essentielle se définit par une composition chimique particulière appelée « chémotype ». Une même espèce végétale peut produire des huiles essentielles différentes et posséder ainsi plusieurs « chémotypes ». Ce phénomène a été bien étudié pour le thym, Thymus vulgaris L. pour lequel on distingue au moins 7 chémotypes différents en fonction du constituant principal de l’huile essentielle : alpha-terpinéol, carvacrol, cinéole, géraniol, hydrate de sabinène, linalol, thymol… Il est donc indispensable, pour certaines huiles essentielles, de bien préciser le chémotype car il conditionne l’activité et/ou la toxicité ultérieures.

La localisation de l’huile essentielle dans la plante produit des compositions différentes. Si on prend l’exemple des fleurs d’oranger amère on tire :

  • L’huile essentielle de néroli, du zeste du fruit.
  • L’huile essentielle d’orange des tiges.
  • L’huile essentielle de petit grain des feuilles.

Une même plante peut également synthétiser des essences aux compositions chimiques et aux actions différentes. Tout dépend du mode de culture, des conditions climatiques, ou encore de l’origine ou de la saison et du lieu de culture (sol). Par exemple :

  • Les bourgeons se récoltent plutôt à la fin de l’hiver (avant l’éclosion des feuilles)
  • Les feuilles avant l’apparition des fleurs.
  • Les fleurs sont cueillies avant la fécondation.
  • Les fruits et graines sont ramassés à maturité.

Petit tour d’horizon des utilisations des huiles essentielles

Les huiles essentielles comportent des centaines d’actifs chimiques. On en trouve par exemple 200 pour la lavande et jusqu’à 500 pour la rose !

Pas étonnant qu’elles aient autant de propriétés. Voici quelques bienfaits d’huiles essentielles :

  • L’huile essentielle de lavande officinale agit sur la résistance de l’organisme.
  • Les huiles essentielles de tea-tree ou de gingembre ont un effet bénéfique sur les articulations.
  • L’huile essentielle d’orange douce a  des vertus relaxantes.
  • Les huiles essentielles de menthe poivrée et d’angélique aident à la digestion.
  • L’huile essentielle de rose est un allié beauté de votre peau.
  • L’huile essentielle de bergamote renforce le système immunitaire.
  • L’huile essentielle de laurier sublime cheveux et ongles.
  • L’huile essentielle d’eucalyptus permet de dégager les voies respiratoires et de stimuler les défenses de l’organisme.

Et justement parce que ces produits sont actifs, ils nécessitent de respecter un certain nombre de précautions quant à leur utilisation.

huiles-essentielles
article-bon-a-savoir-icon

Le saviez-vous ?

Toutes les plantes ne contiennent pas des actifs permettant d’extraire ces huiles essentielles. Seules les plantes aromatiques sont capables de synthétiser ces précieuses essences. Elles ne représentent qu’un dixième des plantes répertoriées

Précautions d’usage

6 règles à connaître

1. Il est vivement déconseillé de les utiliser pures sur la peau. En ingestion, mettre 1 à 2 gouttes sur un sucre, dans une cuillerée d’huile, de miel…mais jamais pures !
2. L’usage d’huile essentielle est strictement déconseillé pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 ans.
3. Toujours demander l’avis d’un professionnel de santé avant l’utilisation d’une huile essentielle.
4. Certaines huiles essentielles ne doivent pas être utilisées avant une exposition au soleil parce qu’elles sont photo-sensibilisantes. Il s’agit des huiles contenant des coumarines et des furocoumarines (orange, citron, pamplemousse) par exemple.
5. Il est préconisé de se laver les mains après chaque utilisation d’huile essentielle.
6. Les huiles essentielles doivent être conservées  à l’abri de la chaleur et de la lumière (voire au frais pour certaines) et ne pas être utilisées plus de 2 ans après l’ouverture du flacon.

Huiles essentielles bio : le bon choix

Une huile essentielle doit être pure et naturelle. Les meilleurs choix : les huiles essentielles bio pour éviter pesticides ou herbicides (résidus organochlorés ou organophosphorés).

Scrutez l’emballage à la recherche du label AB.

Assurez-vous aussi que les huiles essentielles sont botaniquement et biochimiquement définies (HEBBD = Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie). La qualité HEBBD garantit l’origine précise des huiles essentielles (pays région, fournisseurs,…), la nature botanique exacte de la plante utilisée (nom latin) et l’organe producteur (feuilles, racines, fleurs, rameaux, etc.).

Les bienfaits de l’aromathérapie reposent sur l’utilisation des actifs contenus dans les plantes pour en extraire de précieuses essences. Des produits si naturels et tellement essentiels.

À lire sur le même sujet

Je note cet article

L’aromathérapie à la loupe

0 vote

Commentaires

Laisser un commentaire

Vos commentaires en lien avec le thème abordé seront publiés sous réserve de modérateurs.