Le spécialiste des actifs naturels et bio

En cours de chargement...

Mon compte
Nouveau Client ? Créer mon compte

Oméga-6, les alliés de votre forme !


Les oméga-6 sont essentiels au bon fonctionnement de nos cellules à condition toutefois de ne pas être consommés en excès. Des apports équilibrés entre les oméga-6 et les oméga-3 sont en effet primordiaux pour la santé. Focus sur ces indispensables.

Qu’appelle-t-on acide gras oméga-6 ?

Les acides gras sont les composants des lipides. Ils contiennent des atomes de carbone, d’oxygène et d’hydrogène. Lorsque les carbones sont reliés par plusieurs doubles liaisons, on les qualifie d’acides gras polyinsaturés (AGPI). C’est le cas des oméga-6.

Pourquoi qualifie-t-on les oméga-6 d’acides gras essentiels ?

La plupart des acides gras peuvent être fabriqués par l’organisme. Ce n’est pas le cas pour les oméga-6, en particulier pour le chef de file de la lignée : l’acide linoléique qui doit être puisé dans l’alimentation. C’est pour cette raison qu’on lui attribue la qualité d’acide gras « essentiel ». A partir de l’acide linoléique, notre organisme sait synthétiser d’autres acides gras polyinsaturés essentiels : l’acide gamma-linolénique (AGL), l’acide dihomo-gamma-linolénique (ADGL) un composant du lait maternel et l’acide arachidonique (AA).

Comment agissent les oméga-6 ?

Comme tous les lipides, les oméga-6 ont un rôle énergétique mais leur action ne s’arrête pas là :

Les oméga-6 jouent un rôle structural sur les membranes

L’acide linoléique joue un rôle essentiel comme composant important des lipides des membranes cellulaires. Au niveau de la peau, il est reconnu pour contribuer au maintien de la fluidité membranaire ainsi qu’à l’élasticité et à la fonction barrière de la peau.

Les oméga-6 sont à l’origine de molécules clé pour la santé

Les AGPI oméga-6, en particulier l’acide arachidonique, sont métabolisés par différents enzymes. Ils donnent naissance à des dérivés lipidiques, les éicosanoïdes (prostaglandines, thromboxanes) qui modulent de nombreux processus physiologiques comme la pression artérielle, la coagulation, le système immunitaire, l’activité des neurones…

Les oméga-6 agissent sur les gènes

Les AGPI oméga-6 jouent un rôle important sur la régulation de l’expression des gènes et plus spécifiquement sur ceux impliqués dans le métabolisme des lipides. Ils sont d’ailleurs reconnus pour leurs propriétés hypolipidémiantes. L’acide arachidonique est en outre un constituant d’un neurotransmetteur impliqué dans la régulation du comportement alimentaire.

Les oméga-6 ont des propriétés anti-inflammatoires

L’acide gamma-linolénique, présent en quantités importantes dans  l’huile de bourrache  et l’huile d’onagre , agirait sur l’inflammation en diminuant le stress oxydatif au niveau des cellules de l’organisme.

Les oméga-6 ont des bienfaits sur le cerveau

L’acide arachidonique est l’acide gras du cerveau le plus important quantitativement. Avec le DHA  (un acide gras essentiel oméga-3) ils représentent 20% de la masse des acides gras du cerveau. Il joue un rôle crucial dans le bon développement cérébral.

Où les trouve-t-on ?

Dans les aliments d’origine végétale :

L’huile de pépins de raisin qui contient 65,5% d’oméga-6 et l’huile de tournesol dont la teneur en acide linoléique avoisine les 60%, sont les plus riches en oméga-6. Dans le peloton de tête également, l’huile de soja, de germe de blé et de maïs qui contiennent 60% et plus d’AGPI oméga-6. On retrouve aussi des oméga-6 dans des huiles de consommation moins courantes telles que les huiles de coton, de carthame, de sésame ou d’amande douce. L’huile d’onagre , reconnue pour ses bienfaits sur la peau et contre les désagréments associés à la ménopause, est également très riche en acide linoléique. Certains fruits et légumes (épinards, haricots verts, pommes, raisins, avocat) ainsi que des légumes secs (lentilles, haricots blancs, pois chiches) sont une source appréciable d’oméga-6, sans parler des graines et des fruits oléagineux.

Dans les aliments d’origine animale :

Les produits laitiers (lait entier, fromages), le beurre mais également la viande (porc, volailles …) et les œufs sont riches en acides gras oméga-6.

Les oméga-6 sont indispensables pour nous maintenir en forme mais point trop n’en faut ! Plusieurs études ont montré qu’un apport excessif en oméga-6 nuisait à la bonne assimilation des omégas-3 et à la fabrication d’EPA et de DHA des acides gras polyinsaturés à longue chaine, d’où l’importance d’une alimentation diversifiée. Nos besoins en acide linoléique doivent représenter 4% des apports énergétiques (environ 4,4g/jour pour 2000 kcal) or nous en consommons beaucoup plus. Pour rétablir l’équilibre, les autorités de santé préconisent d’augmenter la part d’oméga-3  de nos assiettes. L’idéal ? Un rapport oméga-6/oméga-3 de 4/1. La clé pour y parvenir : une alimentation variée qui fait la part belle aux végétaux !

À lire sur le même sujet

Je note cet article

Oméga-6, les alliés de votre forme !
1 vote

1 vote

Commentaires

Laisser un commentaire

Vos commentaires en lien avec le thème abordé seront publiés sous réserve de modérateurs.