Le spécialiste des actifs naturels et bio

En cours de chargement...

Mon compte
Nouveau Client ? Créer mon compte

Les recommandations nutritionnelles en France : préserver le bien-être et la santé


Les conséquences d’une alimentation déséquilibrée et de la sédentarité sur la santé sont aujourd’hui connues. Or, le risque de développer certaines maladies pourrait être réduit par le suivi des recommandations nutritionnelles nationales. Dans le cadre de l’actualisation des repères alimentaires pour la population française, Fleurance Nature fait le point sur les recommandations nutritionnelles. 

Pourquoi établir des recommandations ?

Les recommandations nutritionnelles sont établies pour aider la population française à satisfaire ses besoins alimentaires et à prévenir les maladies chroniques (système cardiovasculaire, obésité, diabète de type 2, etc.)

En France, ces recommandations sont établies par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES). Elles englobent un ensemble de références développées par des groupes d’experts à partir de l’analyse de données étayées scientifiquement.

Par exemple, l’une des approches consiste à définir des seuils de consommation pour les nutriments et les groupes d’aliments, au-dessous desquels le risque de développer une maladie est significativement plus faible. Ainsi, le suivi des recommandations nutritionnelles est un facteur de longévité : il aide à vivre en forme et en bonne santé.

Les recommandations nutritionnelles en France : « bien manger et bien bouger » au programme 

En France, les premières recommandations nutritionnelles officielles ont été définies en 2001 dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS)(1). Ces recommandations ont été traduites en messages clés ou repères de consommation selon les différents groupes d’aliments et intègrent également des conseils encourageant la pratique régulière d’une activité physique.

Pour tenir compte des nouvelles données scientifiques publiées et des études réalisées sur le suivi des recommandations, l’ANSES a actualisé les repères de consommations alimentaires et d’activité physique en 2017. Les repères nutritionnels, originalement définis par le PNNS, sont présentés ci-dessous. Les nouveaux repères de consommations 2017 sont exposés au paragraphe suivant.

Rappel des 9 repères nutritionnels correspondant aux objectifs du PNNS (période 2001 à 2016) (2)

1. Fruits et légumes : au moins 5 par jour
2. Pains, céréales, pomme de terre, légumes secs : à chaque repas et selon l’appétit
3. Lait et produits laitiers : 3 par jour (3 à 4 pour les enfants, les adolescents et les seniors)
4. Viandes et volailles, produits de la pêche et œufs : 1 à 2 fois par jour
5. Matières grasses ajoutées : limiter la consommation
6. Produits sucrés : limiter la consommation
7. Boissons : de l’eau à volonté
8. Sel : limiter la consommation
9. Activité physique : au moins l’équivalent d’une demi-heure de marche rapide par jour pour les adultes (au moins 1 heure pour les enfants et les adolescents).

Ce que les études nous apprennent sur le suivi des repères du PNNS

Les études de suivi du PNNS montrent que l’intégration des recommandations demeure très variable selon le niveau socio-économique des populations et les groupes d’âges. (3

  • Seulement 43 % des adultes consomment au moins 5 portions de fruits et légumes par jour, 29% prennent 3 produits laitiers/jour et 49% intègrent des produits céréaliers à chaque repas.
  • Chez les enfants (3-18 ans) : 20 % prennent au moins 5 portions de fruits et légumes/jour, 43% consomment 3 produits laitiers/jour et 33% intégraient des produits céréaliers à chaque repas. (3)
  • Dans l’étude NutriNet-Santé (2013) (4), des progrès sont toutefois observés concernant le niveau de compréhension de certaines consignes énoncées :
  • 85 % des participants peuvent citer correctement les repères de consommation pour les fruits et légumes et pour le poisson ;
  • 39 % des personnes interrogées connaissent les repères pour les produits laitiers.

A contrario, seulement 22 % des participants savent qu’il est conseillé de consommer des féculents à chaque repas.

Les nouveaux repères de consommation : intégration des habitudes alimentaires des Français

L’actualisation des repères de consommations alimentaires et d’activité physique pour la population française par l’ANSES a consisté à tester différents scénarios à partir des habitudes alimentaires des populations. Des objectifs de consommation plus précis ont ensuite pu être fixés par groupe d’aliments de façon à mieux répondre aux besoins pour la population française.

Ainsi, ces nouveaux repères constituent davantage des apports vers lesquels il faut tendre que des « recommandations » au sens strict, pouvant être perçues comme des injonctions.

Comme cela est préconisé dans de nombreux pays occidentaux, les Français sont incités à rééquilibrer les apports en protéines dans leur alimentation en favorisant les végétaux et en réduisant la consommation totale des produits animaux.

Des conseils sont également prodigués pour orienter les choix des consommateurs vers les produits bruts et peu transformés en respectant les saisons. Par ailleurs, le recours aux circuits courts et aux produits issus de modes de production respectueux de l’environnement et de l’agriculture biologique « bio » est suggéré dans le but de limiter l’apport de pesticides.

Les repères de consommation 2017 et les fréquences (5)

  • Le repère « 5 fruits et légumes par jour » est maintenu. L’accent est porté sur les légumes.
  • Plus de légumineuses (lentilles, fèves, pois chiches…), au moins 2 fois par semaine. A noter : pour les légumineuses, elles sont désormais considérées comme des substituts des viandes et volailles, compte tenu de leur teneur élevée en protéines.
  • Les céréales complètes ou peu raffinées (farine, pain, riz ou pâtes) sont à privilégier.
  • La consommation de fruits à coque, sans sel ajouté (amandes, noix, noisettes, pistaches), est encouragée, à raison d’une petite poignée par jour.
  • Les graisses de bonne qualité sont à privilégier, notamment les huiles végétales riches en acides gras oméga-3 (huiles de colza et de noix) et l’huile d’olive riche en oméga-9.
  • L’eau reste la seule boisson recommandée.  
  • Pas de limite spécifique pour certains groupes. C’est le cas des légumineuses, produits céréaliers, pomme de terre, œufs, produits céréaliers raffinés et l’eau.
  • Moins de viande, de charcuterie, de produits sucrés. Limiter la viande rouge à 500g/semaine, la charcuterie à 150g/semaine. Quant aux produits sucrés, ils sont à limiter. Les boissons sucrées sont à consommer de façon exceptionnelle. Les jus de fruits sont à limiter à un verre par jour. 
  • Moins de produits laitiers, 2 par jour, selon la taille de la portion. Favoriser les sources riches en calcium.

Les prochaines étapes

La révision des repères du PNNS s’inscrit dans une approche globale de refonte de la politique de santé publique qui devrait se décliner vers la diffusion de nombreux outils pour la période 2017-2021.

Des guides seront spécifiquement élaborés pour le grand public avec une présentation adaptée selon les différents groupes de populations ciblés (enfants, adultes, seniors, femmes enceintes, etc.) pour faciliter la compréhension et l’application des messages. Ils seront consultables sur le site Internet dédié au PNNS : www.mangerbouger.fr.

Sources :

1)     Programme National Nutrition Santé (PNNS). www.mangerbouger.fr

(2)     Repères nutritionnels correspondant aux objectifs du PNNS. Informations mises à disposition du public par Santé publique France.  Source : http://inpes.santepubliquefrance.fr/reperes_nutritionnels/

(3)     Situation nutritionnelle en France en 2006 selon les indicateurs d’objectif et les repères du Programme national nutrition santé (PNNS). Étude nationale nutrition santé, ENNS, 2006. INVS, 2007.

(4)     C. Lassale et coll. Association between Adherence to Nutritional Guidelines, the Metabolic Syndrome and Adiposity Markers in a French Adult General Population. PLoS ONE, octobre 2013, 8(10). www.etude-nutrinet-sante.fr/

(5)     Haut Conseil de la santé publique (HSCP).  AVIS relatif à la révision des repères alimentaires pour les adultes du futur Programme national nutrition santé 2017-2021. 16 février 2017.

http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=601

 

À lire sur le même sujet

Je note cet article

Les recommandations nutritionnelles en France : préserver le bien-être et la santé

0 vote

Commentaires

Laisser un commentaire

Vos commentaires en lien avec le thème abordé seront publiés sous réserve de modérateurs.