L’harpagophytum, l’allié de vos articulations

harpagophytum

Surnommé « la griffe du diable », l’harpagophytum possède des vertus reconnues sur le confort articulaire. Des compléments alimentaires à base d’harpagophytum peuvent ainsi contribuer à améliorer la mobilité de vos articulations.

Qu’est-ce que l’harpagophytum ?

Appelé parfois « racine de Windhoek », du nom de la capitale de la Namibie où il est principalement cultivé, l’harpagophytum est une plante utilisée depuis des millénaires par la médecine traditionnelle des peuples indigènes du Sud de l’Afrique.

Plusieurs noms pour une même plante

L’harpagophytum porte de belles fleurs mauves qui donnent naissance à des fruits très caractéristiques, munis de crochets agressifs et recourbés qui sont à l’origine de plusieurs appellations de la plante.

L’harpagophytum tire en effet son nom savant du grec « harpagos », qui signifie harpon.

Son nom commun, « griffe du diable », est attribuable au fait que les griffes du fruit s’agrippent aux pattes, aux poils et à la peau des ovins et bovins qui, pour s’en débarrasser, se mettent à danser comme s’ils étaient habités par le diable.

Ces griffes ont, par ailleurs, leur utilité en permettant à la plante de se disséminer.

 

Une utilisation millénaire

Les peuples indigènes du Sud de l’Afrique – les Sans, les Khoi et les Hottentôts – utilisent l’harpagophytum depuis des millénaires pour améliorer le confort articulaire et la digestion.

Les premières utilisations occidentales de la plante datent de 1820, mais c’est en 1907 que l’Allemand Menher découvre au contact des peuples indigènes les vertus médicinales de l’harpagophytum et en fait envoyer des échantillons dans son pays.

Son action est confirmée de façon scientifique, dans les années 1970, par un médecin allemand, le docteur Koch.

En Occident, on utilise surtout l’harpagophytum pour améliorer le confort et la mobilité des articulations.

 

L’harpagophytum, une plante de la famille des pedialaceae

L’harpagophytum est une petite plante sauvage rampante appartenant à la famille des pedialaceae (comme le sésame) et poussant dans les régions semi-désertiques de l’Afrique centrale et du sud (Namibie, Botswana, Afrique du Sud), notamment dans le désert de Kalahari. L’espèce la plus active est l’harpagophytum procumbens, elle est appelée harpagophyton en français.

Les bienfaits de l’harpagophytum

Une plante riche en actifs

Les actifs sont contenus dans les racines secondaires. Ces tubercules bulbeux, souvent de taille importante, peuvent peser jusqu’à deux kilos.Les racines sont récoltées à l’automne, coupées en rondelles appelées « rouelles », puis séchées à l’air sur de grands filets tendus entre les arbres.

Les principaux actifs de l’harpagophytum procumbens sont :

  • Des harpagosides, principalement des glucosides iridoïques reconnus pour leurs propriétés calmantes,
  • Des phytostérols qui renforcent l’action des harpagosides,
  • Des flavonoïdes aux propriétés antioxydantes.

 

Une efficacité reconnue pour le confort des articulations

L’harpagophytum, en facilitant la mobilité et la souplesse articulaire, aide à réduire la sensation d’inconfort et de raideur des articulations.

articulation-seule

Vous pouvez l’utiliser sous forme de compléments alimentaires, de gélules, de concentré à boire ou encore en baume de massage à appliquer localement.

Généralement, il est conseillé de prendre de l’harpagophytum durant un mois.

Le saviez-vous ?

Les douleurs articulaires sont un désagrément largement répandu. Un Français sur trois déclare en éprouver. Les causes sont multiples : vieillissement naturel de l’organisme, efforts physiques inadaptés, surpoids, humidité…

Zoom sur l’harpagophytum Fleurance Nature,

certifié bio et équitable

Un harpagophytum bio, issu d’une filière équitable

harpagophytum-esr

700 tonnes d’harpagophytum sont vendues chaque année dans le monde. La plus grande partie provient de plantes sauvages. Ce qui, à long terme, pourrait menacer sa survie. C’est pourquoi les principaux pays producteurs (la Namibie, le Botswana et l’Afrique du Sud) ont mis en place des politiques encadrant la récolte afin de préserver la ressource. Fleurance Nature a, pour sa part, fait le choix d’une filière équitable et d’un engagement aux côtés des récolteurs et de leurs familles.

En soutenant cette filière de l’harpagophytum bio, Fleurance Nature procure aux familles des récolteurs une source de revenus dans une région peu industrialisée.

Par ailleurs, Fleurance Nature a mis en place un partenariat pour fournir à ces familles une assistance matérielle et les aider à assurer la garde et la scolarité des enfants en Primaire.

 

Un mode de production certifié biologique

Fleurance Nature a choisi l’harpagophytum procumbens bio, avec un mode de récolte et de séchage qui respecte le développement et la pérennité de l’espèce. La récolte s’effectue en Namibie, en bordure du désert de Kalahari. Une petite tranchée est creusée à distance de chaque fleur, laissant toujours la racine principale en place, tandis que seule une partie des racines secondaires est prélevée. Systématiquement, la tranchée est soigneusement remblayée à la fin du ramassage pour garantir la repousse.

En cas d’inconfort articulaire, ayez le réflexe de l’harpagophytum pour retrouver naturellement votre bien-être.

Les actifs qui font du bien à vos articulations

actifs-articulations

Efforts répétés, traumatismes, usure due au temps… nos articulations peuvent perdre de leur souplesse et entraîner de l’inconfort. Une bonne hygiène de vie mais également des actifs d’origine naturelle sont de précieux alliés pour vous aider à prendre soin  de vos articulations et préserver votre capital osseux. 

Avec l’âge nos articulations perdent de leur souplesse

Notre squelette comprend 206 os reliés entre eux par plus de 400 articulations qui lui assurent mobilité et solidité. Au fil des années, des modifications surviennent :

  • Les ligaments et tendons perdent de leur solidité car la quantité de collagène et d’élastine, deux constituants essentiels, diminue.  
  • Le cartilage, pièce maitresse des articulations, s’amincit, s’use et devient plus fragile. 
  • Au niveau osseux, le renouvellement des cellules osseuses diminue. Cela  se manifeste par une réduction de la densité minérale  osseuse (ostéoporose) plus spécifiquement chez les femmes après la ménopause à cause de la privation hormonale ainsi qu’une moindre résistance mécanique au fil du temps avec un risque de fracture plus important.  
  • Le vieillissement s’accompagne aussi de phénomènes musculaires avec  une diminution progressive de la masse musculaire et une diminution de la densité en fibres musculaires.  

Pour toutes ces raisons nous devons préserver notre capital articulaire et osseux  et ce dès le plus jeune âge. 

Des minéraux pour garder des os en pleine santé

L’os, en perpétuel remaniement, alterne  des phases de construction et de dégradation. De la période embryonnaire jusqu’à l’âge de 18/20 ans c’est l’activité  des ostéoblastes, cellules qui « fabriquent » le tissu osseux,  qui domine. Il est donc essentiel dès le plus jeune âge de préserver son capital osseux en apportant suffisamment de minéraux à l’organisme.

  • Le calcium, minéral le plus important, est présent dans le corps à hauteur d’environ 1000g/1200g dont la majorité se trouve dans les os. Si l’apport alimentaire est insuffisant, la réserve de calcium osseux est utilisée pour assurer un taux de calcium sanguin constant. Dès le plus jeune âge, il est donc important de faire le plein  de calcium en consommant  du lait et des produits laitiers mais aussi certaines eaux minérales, des poissons gras (sardines et maquereaux en boîte) ou des fruits de mer (crevettes, coquilles saint jacques, bigorneaux). Certains fruits (cassis, orange, groseille…), légumes verts (fenouil, brocoli, haricot vert, chou vert), graines oléagineuses (sésame, cumin, coriandre, amande…) et fruits secs en contiennent également. Les besoins en calcium varient selon les périodes de la vie : 900 mg par jour  pour un adulte et 1200 mg pour les  adolescents et les personnes âgées. Les besoins augmentent d’environ 200 mg au cours de la grossesse et de l’allaitement.
  • Le phosphore participe également à l’édification de notre charpente osseuse. Notre organisme en requiert 1 g par jour. Les aliments qui en contiennent le plus sont le lait et les produits laitiers, la viande, le poisson, les œufs mais aussi les céréales complètes et les fruits secs.
  • La silice ou silicium est également un minéral qui intervient dans le processus de calcification et de synthèse du collagène et du tissu conjonctif. Pour faire le plein : céréales complètes, algues, fruits et légumes.
  • La vitamine D,  reconnue pour faciliter l’absorption du calcium  et du phosphore au niveau de l’intestin et aider à leur fixation au niveau des os, est une alliée incontournable pour préserver le capital osseux. Or de récentes études ont pointé du doigt le déficit de la population française en cette vitamine. Elle est surtout  synthétisée par l’organisme au niveau de la peau sous l’effet des rayons ultraviolets mais quand le soleil fait défaut ou si on applique une bonne couche d’écran solaire, difficile d’avoir son quota ! On en trouve aussi dans l’assiette principalement dans les produits de la mer (foie de morue, hareng, maquereau, sardine, etc.), les œufs ou encore le fromage mais l’apport est rarement suffisant.

Le coup de pouce des plantes

Certaines plantes sont particulièrement recommandées pour soutenir les articulations et  pour prévenir l’inconfort dû au vieillissement ostéo-articulaire.

  • L’harpagophytum ou « griffe du diable » est traditionnellement reconnue pour le confort articulaire grâce aux harpagosides contenus dans ses racines.
  • La prêle, plante fossile aux actifs reminéralisants  riches en silice est reconnue  pour contribuer   à la résistance des cartilages.
  • Le bambou est également reconnu pour ses propriétés bénéfiques sur les os et les articulations.

Pour apporter à notre organisme tous les éléments dont il a besoin, faites donc le plein de minéraux et de plantes, que vous pouvez trouver dans votre alimentation au quotidien mais aussi sous forme de compléments alimentaires.

L’Harpagophytum Bio de Fleurance Nature, une cueillette durable

harpagophytum bio

L’harpagophythum est une plante herbacée vivace originaire des régions semi-désertiques sud-africaines. Elle est utilisée dans la médecine traditionnelle africaine depuis très longtemps. Vous la reconnaîtrez grâce à ses fleurs rouges violacées en forme de trompette. 

L’harpagophythum est également connu sous le nom de « griffe du diable » en raison de ses fruits qui comportent des crochets courbés et acérés, qui restent accrochés aux pelages et fourrures des animaux qui peinent à s’en défaire.

L’harpagophytum bio, une cueillette durable

L’harpagophytum procumbens bio utilisé dans les produits Fleurance Nature, est cueilli en bordure du désert de Kalahari, en Namibie. Le mode de récolte et de séchage respecte le développement et la pérennité de l’espèce. Une petite tranchée est creusée à distance de chaque fleur laissant toujours la racine principale en place, tandis que seule une partie des racines secondaires est prélevée. Systématiquement, la tranchée est soigneusement remblayée à la fin du ramassage pour garantir la repousse. Chaque récolte est ensuite analysée et conditionnée en France.

Les actifs de l’harpagophytum

La racine principale de l’harpagophytum, profondément enfouie dans la terre, donne naissance à des racines secondaires qui contiennent des composants actifs, notamment les harpagosides. L’harpagophytum a fait l’objet de nombreuses études qui ont montré ses vertus pour maintenir les articulations en forme et  aider à réduire les sensations de raideurs articulaires.