La Sauge officinale, la plante alliée des femmes

sauge1

La Sauge officinale est la plante du bien-être au féminin mais pas seulement. Utilisée en cas de digestion difficile, pour apaiser et adoucir la gorge ou pour des petits soucis de bouche, découvrez tous les atouts de cette plante !

D’où vient la sauge ?

Il existe près d’une centaine d’espèces de sauges avec chacune un parfum, une composition, et des propriétés propres. La plus connue est la Sauge officinale. La sauge est une plante aromatique vivace, de la même famille que les menthes (Lamiacae). Originaire du bassin méditerranéen elle pousse sur les terrains arides et rocailleux. Elle possède des feuilles vertes, recouvertes d’un duvet blanc laineux.

Les Egyptiens, les Grecs et les Romains de l’Antiquité utilisaient traditionnellement les feuilles de sauge pour ses vertus médicinales. Les anciens s’en servaient aussi bien pour améliorer la fertilité, qu’arrêter les saignements, apaiser les gorges douloureuses ou désinfecter les plaies… Cette « herba sacra » comme on la nomme était considérée comme la panacée. D’ailleurs son nom « Salvia officinalis » vient du latin « salvare » qui signifie « guérir ».

Que contiennent ses feuilles ?

Les feuilles de Sauge officinale (salvia officinalis) renferment de nombreux actifs :

  • Des flavonoïdes sources d’antioxydants aux vertus calmantes,
  • Des triterpenes comme l’acide ursolique et l’acide oléanique,  à l’action anti-inflammatoire et immunostimulante,
  • De l’huile essentielle (utilisée seule elle est neurotoxique à cause de sa teneur en thuyone et donc interdite à la vente),
  • Des tanins à l’action tonifiante et astringente,
  • Des saponosides, substances à activité oestrogénique,
  • De l’asparagine, un actif aminé aux bienfaits apaisants et de la choline,
  • Des minéraux (potassium, magnésium, calcium, fer, manganèse, zinc et cuivre),
  • De la provitamine A et de la vitamine K.

Hippocrate, célèbre figure de la médecine antique préconisait les feuilles de sauge pour certains désordres gynécologiques. Les Gaulois en faisaient usage lors des accouchements et pour arrêter l’allaitement. Certains émettent l’idée que le nom de sage-femme provient de sauge. D’ailleurs en anglais « sauge » se dit « sage » ! Mais on utilise aussi la sauge en dehors de la grossesse.

article-bon-a-savoir-icon

Le saviez-vous ?

La légende raconte que Zeus fut élevé par une chèvre, près d’un buisson de sauge et que c’est grâce à celui-ci qu’il acquit son pouvoir divin. Plus près de nous, un dicton provençal affirme : « Qui a de la sauge dans son jardin n’a pas besoin de médecin » ce qui ne laisse guère de doute quant à ses bienfaits !

sauge

Quelles sont les vertus de la sauge ?

  • La sauge contribue au confort pendant la ménopause

La sauge exerce une action bénéfique sur les petits désagréments de la ménopause comme les sensations de bouffées de chaleur qui touchent 50 à 80% des femmes. Ces manifestations s’accompagnent généralement d’une augmentation du rythme cardiaque, d’une rougeur au niveau du thorax et de sueurs, souvent nocturnes, sur le front, la poitrine ou les jambes.

  • La sauge atténue les suées nocturnes

Une sudation intense la nuit est fréquente au moment de la ménopause. Cette transpiration nocturne est souvent suivie de frissons et peut mouiller les vêtements de nuit voire la literie. Les sueurs nocturnes répétées peuvent perturber la qualité du sommeil.

Riche en antioxydants, la sauge renferme également une toute petite quantité de phyto-œstrogènes et d’acides aminés (choline et asparagine). Ces actifs boostent l’organisme et aident à passer le cap de cette période de transition.

  • La sauge calme les petits problèmes digestifs

La sauge facilite la digestion. Grace à sa teneur en actifs, elle a un effet apaisant sur l’abdomen et réduit les sensations de ballonnements et les gaz intestinaux. Rien de mieux pour se sentir plus léger après un repas trop lourd ou trop gras !

  • La sauge apaise la gorge

Les feuilles de sauge grâce à leurs propriétés adoucissante soulagent les irritations de la gorge. Faites des gargarismes à partir d’une infusion ou utilisez un spray pour la gorge à l’extrait de sauge.

  • La sauge soulage les aphtes ou les irritations des gencives

En bain de bouche, l’infusion de feuille de sauge diminue les irritations dus aux aphtes ou les gencives douloureuses.

  • La sauge protège les dents

La sauge aurait un effet positif contre le développement de la plaque dentaire. Et aiderait ainsi à combattre le déchaussement des dents. On l’intègre d’ailleurs aux bains de bouche et dentifrices.

Où trouver la sauge ? Comment en consommer ?

Pour profiter des bienfaits des feuilles de sauge on peut réaliser une infusion. La recette ? Faites bouillir 300 ml d’eau puis versez-la sur 2 cuillères à café de feuilles de sauge. Laissez infuser une dizaine de minutes. Filtrez et buvez l’infusion ou utilisez l’infusion en gargarismes ou bains de bouche.

On peut aussi bénéficier des vertus de la sauge sous forme d’extraits dans des compléments alimentaires. Pour garantir un extrait sans engrais chimiques ni pesticides choisissez de la sauge d’origine biologique

Vous le voyez, la sauge est vraiment la plante incontournable pour passer le cap de la période délicate de la ménopause. N’hésitez pas à l’associer à l’huile d’onagre, un autre actif phare qui apaise les sensations de bouffées de chaleur.

Ménopause, halte aux idées reçues

menopause-idees-recues

La ménopause est source de bon nombre de désagréments, mais aussi d’idées reçues. Pour démêler le vrai du faux, et vous aider à lutter contre certains dysfonctionnements, il faut comprendre ce bouleversement hormonal, mais aussi connaître les bienfaits de certains nutriments (calcium, vitamine D, sauge, etc.). Décryptage. 

La ménopause, qu’est-ce que c’est ?

La ménopause n’est pas une maladie. C’est une étape physiologique naturelle dans la vie d’une femme : avec l’âge sonne la fin de la fertilité, entraînant une diminution de l’activité ovarienne. La production des hormones de la reproduction (œstrogène et la progestérone) cesse donc progressivement. Ce bouleversement hormonal peut avoir certaines conséquences.

La ménopause fragilise les os > VRAI

L’œstrogène et la progestérone jouent un rôle dans la construction de la charpente osseuse. Ces hormones limitent l’action destructrice des ostéoclastes (responsables de la résorption du tissu osseux).

La baisse de la production des œstrogènes par les ovaires accentue la résorption osseuse et peut provoquer une plus grande fragilité osseuse.

Il est donc recommandé de faire le plein de vitamine D et de calcium, grâce à une alimentation riche en laitages ou tout autre aliment source de calcium et aussi des compléments alimentaires.

La ménopause engendre des bouffées de chaleur > VRAI

Bouffées de chaleur et sueurs nocturnes sont liées à la libération d’œstrogène, hormones qui interviennent dans la régulation de la température du corps. Comme les ovaires produisent moins d’œstrogène, le cerveau envoie ces hormones pour stimuler la production. Ce mécanisme provoque une augmentation soudaine de la température corporelle.

Même si ces symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre, ils touchent 7 femmes sur 10 et peuvent durer quelques mois ou plusieurs années.

Il existe des solutions naturelles pour lutter contre ces désagréments en particulier la sauge. De nombreuses études1  démontrent qu’elle permet de réduire les bouffées de chaleur.

article-bon-a-savoir-icon

Le saviez-vous ?

Selon une étude récente réalisée par des chercheurs de l’université de Californie (Revue Ménopause2, Oct. 2016) auprès de 17 000 femmes ménopausées, des variations génétiques seraient la cause des bouffées de chaleur.

Les compléments alimentaires ne peuvent pas réduire les effets secondaires de la ménopause > FAUX

Des solutions naturelles et non médicales existent afin d’atténuer les signes de la ménopause. Certains nutriments ciblés sont conseillés, comme par exemple :

  • Les isoflavones de soja pour régulariser le cycle hormonal.
  • Le calcium et la vitamine D pour le maintien d’une ossature normale.
  • La vitamine E et le sélénium afin de lutter contre l’oxydation des cellules.
  • La vitamine C pour combattre la fatigue.
  • La valériane pour améliorer le sommeil.

La ménopause arrive vers 60 ans > FAUX

S’agissant d’un phénomène évolutif, quelques signes précurseurs peuvent apparaître dès 50 ans (fatigue, règles moins abondantes,…). Certaines femmes sont même sujettes à une ménopause précoce, qui peut apparaître dès la quarantaine.

On a tendance à prendre du poids à la ménopause > VRAI

Les françaises prennent en moyenne 7,5 kg entre 20 et 50 ans. En cause : la diminution de la masse musculaire. En effet, avec l’âge, le nombre de calories dépensées diminue mais l’alimentation reste la même. Ainsi les calories autrefois brûlées sont désormais stockées sous forme de graisse.

A la ménopause, la baisse des œstrogènes accélère ce phénomène de prise de poids, mais n’en est pas la seule raison.

article-bon-a-savoir-icon

Astuce

Afin de pallier l’apparition de kilos superflus, il convient de faire évoluer votre mode de vie en pratiquant une activité physique régulière et en augmentant votre consommation de protéines. Objectif : freiner la perte musculaire.

On observe un changement de silhouette à la ménopause > VRAI

La répartition des réserves de graisse varie selon les prédispositions génétiques de chaque individu. 18 à 25 % du poids corporel d’une femme est constitué de tissu adipeux, contre seulement 10 à 15 % chez l’homme.  Chez les femmes ces réserves se localisent plutôt sur le bas du corps (cuisses, hanches, fesses).

Avec l’arrivée de la ménopause, les cuisses maigrissent et la graisse à tendance à s’installer au niveau des hanches et de la taille.

A la ménopause, une baisse de la libido peut apparaître > VRAI

Les variations hormonales peuvent engendrer un assèchement du vagin, peu propice aux rapports sexuels. Une chute du désir peut également apparaître. N’hésitez pas à en discuter avec votre médecin et avec votre partenaire.

La ménopause provoque des sautes d’humeur > VRAI

Durant la ménopause, certaines femmes sont « à fleur de peau ». Il s’agit en effet d’une période perturbante, à plusieurs titres :

  • Ces modifications hormonales provoquent un véritable bouleversement physiologique.
  • Certaines femmes se sentent fragilisées dans leur féminité, et ce signe de l’âge peut être un vrai chamboulement psychologique.

Autant de facteurs d’irritabilité et de fatigue, et autant de raisons de vous chouchouter.

La ménopause est un phénomène inéluctable, pas ses désagréments. Afin de vous en prémunir, il convient d’adopter une approche globale : davantage de sport, un régime équilibré, des compléments alimentaires ciblés… pour vous aider à passer ce cap, en toute sérénité.

Sources :
1 Bommer S, Klein P, Suter A, First time proof of sage’s tolerability and efficacy in menopausal women with hot flushes, Adv Ther, 2011
2
 http://journals.lww.com/menopausejournal/pages/default.aspx