La myrtille et ses bienfaits sur vos yeux

myrtille

On connait surtout la myrtille pour sa chair juteuse et son petit goût acidulé, mais cette petite baie gourmande à la robe bleu-noir, est aussi un véritable trésor de la nature. Sa richesse en actifs en fait l’aliment phare pour conserver une bonne vision. Voici ses secrets.

L’origine de la myrtille

La myrtille, des bienfaits reconnus depuis des millénaires

  • Les amérindiens appréciaient déjà la myrtille. Les fleurs de l’arbuste étaient censées calmer les angoisses. Quant aux feuilles de myrtille, elles servaient à purifier le sang, apaiser les coliques des bébés ou accélérer l’accouchement.
  • En Europe, les peuples du Nord faisaient provision de myrtilles pour avoir des vitamines durant les mois froids.
  • Pendant l’Antiquité, la myrtille était réputée pour ses vertus médicinales. Les Grecs l’utilisaient séchée pour combattre les maux de ventre.
  • Au Moyen-Âge, Hildegarde de Bingen, abbesse botaniste, mentionnait les bienfaits des baies de myrtille sur la diarrhée ou la lactation mais aussi pour améliorer une vision défaillante.
  • Plus près de nous, ses vertus sur la vision ont été décrites par les pilotes de chasse britanniques durant la Seconde Guerre Mondiale. Ils consommaient en grande quantité de la confiture de myrtilles pour doper leur vision nocturne. Depuis, de nombreux chercheurs ont étudié la composition de ce petit fruit.

La myrtille, une plante de la famille des Ericaceae

  • Comme ses cousines, l’airelle ou la canneberge, la myrtille (Vaccinium myrtillus) fait partie de la famille des Ericaceae
  • Cet arbuste nain peut atteindre 80 cm de hauteur. Il se plait dans des sols plutôt acides et bien drainés (landes de bruyère ou de genêts) et aime la pénombre. Il produit des petites baies rondes, bleu noir, d’environ 6 à 10 mm de diamètre et à la chair acidulée.
  • La myrtille sauvage pousse sur les massifs montagneux jusqu’à 2350 mètres d’altitude. En France, nous pouvons les trouver dans l’Est, les Alpes et le Massif Central.
  • En Amérique du Nord, sa proche parente se nomme bleuet et dans les Vosges brimbelle (ou bluet lorsqu’elle est cultivée).
myrtille
article-bon-a-savoir-icon

Où cultive-t-on la myrtille ?

La myrtille cultivée dans nos vergers provient initialement d’Amérique du Nord. Elle a été introduite dans les années 1930 en Europe et sa culture s’est développée en France dans les années 80. Dans le monde, de nombreuses variétés de myrtille sont produites.

La myrtille, une baie riche en actifs

La myrtille pour une bonne vision

 La myrtille contient notamment :

  • Des flavonoïdes, substances reconnues pour leurs propriétés antioxydantes qui s’opposent au vieillissement cellulaire. Plus particulièrement :
    • des catéchines et des biflavanes qui jouent un rôle dans la fluidité sanguine et participent à la résistance des microcapillaires sanguins.
    • des anthocyanes ou anthocyanosides substances de la famille des flavonoïdes. La baie de myrtille en contient 400 à 500 mg/100g. Ce pigment donne sa couleur bleu foncé à la baie. Il participe à la synthèse de rhodopsine (poupre rétinien), une substance présente dans les bâtonnets de la rétine, cellules impliquées dans la vision nocturne et l’acuité visuelle.
  • En outre, les anthocyanes dopent l’activité de la vitamine C – la myrtille en contient 20 mg/100 g) – une vitamine aux bienfaits antioxydants.
  • De la vitamine E qui contribue à protéger les cellules contre le stress oxydatif.
  • Du zinc, un minéral connu pour contribuer au maintien d’une acuité visuelle normale.

La myrtille un complément alimentaire efficace pour vos yeux

Sous quelles formes consommer la myrtille ?

  • Sous forme fraîche : on les trouve sur les étals dès fin mai et jusqu’à fin septembre/début octobre. A croquer ou en jus, elles sont d’une grande qualité nutritionnelle. Sans compter qu’elles sont peu caloriques (53 kcal aux 100 g), peu sucrées, riches en fibres (3 à 5 g/100 g) et en potassium.
  • Vous pouvez aussi profiter de leurs vertus sur la vision en les prenant sous forme d’extrait sec dans les compléments alimentaires. Vous pouvez les associer à des extraits de cassis une petite baie d’une grande richesse en anthocyanes. Vous pouvez aussi l’associer  à des extraits de tagète une plante riche en lutéine, un pigment caroténoïde naturellement présent dans l’œil.

Si une alimentation riche en antioxydants a une action positive sur les yeux, il ne faut pas oublier la prévention. Dès les premiers rayons de soleil, pensez à protéger vos yeux des rayons du soleil en portant des lunettes de soleil et évitez les longues heures devant les écrans !

Comment protéger ses yeux du soleil ?

comment-proteger-yeux-soleil

On le sait pour la peau, on l’oublie trop souvent pour les yeux, les rayons ultraviolets émis par le soleil peuvent constituer un danger en cas de surexposition. Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour profiter du soleil tout en préservant votre santé visuelle.

Pourquoi faut-il protéger ses yeux du soleil ?

Le soleil a des bienfaits sur notre organisme

Le soleil est nécessaire à la vie. S’il y a une vie sur terre, c’est bien grâce au soleil. Les végétaux utilisent directement la lumière solaire, le gaz carbonique et l’eau pour produire des glucides, grâce à un processus appelé photosynthèse.

Les autres organismes obtiennent de l’énergie du soleil indirectement en mangeant des végétaux ou des animaux qui ont eux-mêmes consommé des végétaux.

Chez l’homme, le soleil favorise l’apport en vitamine D, nécessaire à l’absorption et à la fixation du calcium sur les os. Toutefois, cela est bien connu, il ne faut pas en abuser.

Quels sont les dangers du soleil pour nos yeux ?

Comme la peau, les yeux ont le pouvoir, en réponse aux agressions lumineuses, de renouveler leurs cellules en permanence.

Cependant, si la dose d’UV est très importante, leur capital soleil qui est limité s’épuise rendant l’œil vulnérable.

Zoom sur la structure de l’œil

  • Les paupières sont sensibles aux coups de soleil qui, à long terme, peuvent provoquer des cancers de la peau, tel le mélanome, le plus grave des cancers cutanés ;
  • Les muqueuses qui tapissent la face interne des paupières et le blanc de l’œil subissent une inflammation susceptible d’entraîner un épaississement douloureux et des conjonctivites ;
  • La cornée peut, après une exposition au soleil sans protection, être victime d’ulcérations (kératites) ;
  • Le cristallin peut également être lésé par les UV avec pour conséquence une apparition plus précoce de la cataracte (opacification du cristallin) ;
  • La rétine peut être affectée, à long terme, par des expositions répétées et non protégées au soleil sous la forme d’un développement précoce de pathologies oculaires graves comme la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge).
schema-oeil

Sensations de démangeaison, larmoiement, rougeur, sensibilité accrue à la lumière sont autant de signes qui doivent vous alerter sur une surexposition oculaire aux rayons du soleil.

Qui doit se protéger ?

Tout le monde doit protéger ses yeux du soleil mais il faut accorder une attention particulière aux personnes âgées de plus de 50 ans et aux enfants.

article-bon-a-savoir-icon

Le saviez-vous ?

Les yeux des enfants, surtout très jeunes, sont plus perméables à la lumière que ceux des adultes.

  • Avant 1 an, la rétine reçoit 90 % des UVA et plus de 50 % des UVB.
  • Avant 12 ans, 60 % des UVA et 25 % des UVB.
  • Après 25 ans, ces quantités d’UV diminuent et sont arrêtées par le cristallin.

Quel impact les rayons UV ont-ils sur nos yeux ?

Le soleil émet des rayonnements lumineux (les ultraviolets ou UV) qui atteignent la surface de la terre. Invisibles, ils n’en ont pas moins un impact sur notre peau et sur nos yeux.

Dans les ultraviolets, on distingue les :

  • UV A qui sont les rayons les plus dangereux pour les yeux puisqu’ils atteignent le cristallin chez l’adulte et peuvent aller jusqu’à la rétine chez les enfants,
  • UV B qui sont absorbés par le cristallin chez l’adulte,
  • UV C qui sont arrêtés par la couche atmosphérique.

Les UV peuvent parvenir à nos yeux de trois manières différentes :

  • Les rayonnements directs ont une intensité variable selon la saison, le lieu et l’altitude. Chaque fois que nous nous élevons de 1 000 m, le rayonnement UV qui atteint nos yeux augmente de 10%.
  • La diffusion des UV dépend des nuages. La quantité d’UV peut être multipliée par quatre entre un jour nuageux et un jour ensoleillé
  • La réflexion varie selon la nature du sol : la réflexion est de 1% sur l’herbe, de 10% sur l’eau, de 20 à 30% sur le sable et de 80% sur la neige !

Il faut donc se montrer particulièrement vigilant aux sports d’hiver où se conjuguent les effets de l’altitude et de la neige. Mais il est également indispensable de protéger vos yeux même par temps couvert et en ville où les réflexions sur les façades vitrées sont nombreuses.

Comment protéger ses yeux du soleil ?

Pour protéger efficacement vos yeux contre les agressions des UV, il est indispensable de porter des lunettes de soleil. Mais attention toutes les lunettes n’ont pas le même pouvoir protecteur. Voici 4 questions à vous poser avant de choisir vos lunettes. 

Quelle protection choisir ?

Il est important de choisir des lunettes de qualité équipées d’un filtre anti UV. Pour la teinte, vérifiez le marquage CE qui classe les verres en cinq catégories selon leur degré de filtration de la luminosité. Pour les situations habituelles d’ensoleillement, la catégorie 3 suffit. Pour la montagne, n’hésitez pas à adopter la catégorie 4, dont les verres équipent souvent les lunettes dites « glacier », mais vous ne devez pas les porter pour conduire.

 

Quelle différence entre lunettes teintées et lunettes anti UV ?

Attention aux lunettes gadgets ! Un verre teinté, même foncé, réduit la quantité de lumière qui parvient à l’œil limitant ainsi l’éblouissement mais il ne protège pas contre les UV. Pire, la diminution de la luminosité derrière les lunettes teintées entraîne une dilatation de la pupille. Celle-ci va donc recevoir une quantité supérieure d’UV si les lunettes les filtrent mal.

 

Les lentilles de contact protègent-elles des UV ?

Les lentilles de contact, très pratiques pour les sportifs, possèdent souvent un filtre UV offrant une bonne protection. Attention cependant, les lentilles ne couvrent qu’une partie de l’œil. Certaines zones fragiles comme la conjonctive (le blanc de l’œil) et les paupières restent exposées aux rayonnements des UV.

Pour une protection optimale, vous pouvez porter, en plus de vos lunettes de soleil, une casquette à visière ou un chapeau à larges bords.

Privilégiez les aliments propices à la santé de vos yeux

La bonne santé de vos yeux dépend également de ce que vous mettez dans vos assiettes. Certains nutriments, notamment ceux ayant des propriétés anti oxydantes, sont bénéfiques pour la santé visuelle.

  • La lutéine et la zéaxanthine sont des caroténoïdes aux propriétés antioxydantes. Elles ont notamment la capacité de neutraliser les radicaux libres qui peuvent endommager la rétine. Vous les trouvez  dans le chou vert frisé, les épinards, le brocoli, le maïs…
  • La vitamine A, sous forme de caroténoïdes présents dans les fruits et légumes, joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de la rétine. Pour bénéficier de ses bienfaits, optez pour les légumes de couleur orange (patate douce, carotte, citrouille…).
  • La vitamine C a également des propriétés antioxydantes. Elle est nécessaire au bon fonctionnement des cellules rétiniennes. Les principales sources de vitamine C sont fournies par les fruits, tels que l’orange, le kiwi ou l’ananas, ainsi que les différents choux.
  • La vitamine E est un puissant antioxydant qui ralentit le processus d’oxydation de l’organisme. Les fruits secs, l’huile de tournesol ou de germe de blé, les sardines, l’avocat en regorgent.
  • Les anthocyanes, présentes dans certains fruits colorés, tels que myrtilles, cassis, mûres…, sont des pigments protecteurs contre les UV même s’ils ne dispensent pas du port de lunettes de soleil.

Si vous pensez que votre alimentation n’est pas assez diversifiée pour vous procurer ces nutriments, pensez aux compléments alimentaires, aux complexes solaires ou offrez-vous une cure de vitamines en prévision d’un séjour au soleil.

article-bon-a-savoir-icon

Rappel des règles de sécurité au soleil

1/ Appliquer une crème solaire dès le matin avant de sortir. Renouveler l’application toutes les 2 heures et après chaque bain.

2/ Commencer par des expositions courtes afin de laisser le temps à la peau de mettre en place ses mécanismes naturels de défenses.

3/ Protéger les enfants de moins de 3 ans avec une protection maximale. Ne pas les exposer aux fortes périodes d’ensoleillement.

4/ Eviter de vous exposer entre 12h et 16h (heure solaire)

5/ Tenir compte des éléments extérieurs comme la neige, les nuages, le vent ou encore la réverbération.

6/ Porter un chapeau et des lunettes de soleil aux verres homologués qui permettent de filtrer les rayons UVA et UVB.

7/ Protéger les enfants avec un chapeau ou une casquette, des lunettes de soleil et un t-shirt sec.

8/ Eviter certains parfums ou médicaments pouvant provoquer des réactions cutanées, des allergies ou des brûlures.

9/ Boire beaucoup et régulièrement.

10/ Surveiller de près les grains de beauté. En cas de modification de forme, de taille ou de couleur, consulter un dermatologue.

Ces conseils doivent vous permettre de profiter des bienfaits du soleil en préservant la santé de vos yeux.

Œil et nutrition : longue vue sur l’alimentation

oeil-nutrition

DMLA, cataracte, sécheresse oculaire… sont autant de maladies des yeux qui apparaissent avec l’âge. Certains chercheurs suggèrent, au vu de nombreuses études réalisées, qu’une nutrition adaptée riche en antioxydants tels que vitamine C ou le zinc, pourrait retarder l’apparition de ces pathologies. Décryptage.

Les maladies oculaires : qu’est-ce que c’est ?

Il existe différentes pathologies oculaires connues :

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) est une maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique qui débute après l’âge de 50 ans. Il s’agit d’un vieillissement trop rapide de la macula (zone centrale de la rétine).

La sécheresse oculaire est une autre pathologie de l’œil. Elle apparaît quand la quantité et/ou la qualité des larmes d’un individu est insuffisante. Cette sécheresse engendre un inconfort visuel et peut parfois entraîner des irritations de la cornée ainsi que des infections oculaires. Ce phénomène d’yeux secs est souvent lié au vieillissement.

Pour comprendre les maladies oculaires, il faut s’intéresser au fonctionnement de l’œil. Notre organe de vision se compose de différentes parties, aux rôles spécifiques :

coupe oeil

  • La cornée (partie externe de l’œil), chargée de protéger l’oeil contre les micro-organismes, a une fonction de réfraction et de transmission de la lumière.
  • L’iris (couleur de l’œil), module la quantité de lumière, en ajustant l’ouverture de la pupille, un peu comme le focal d’un appareil photo.
  • Le cristallin permet d’assurer la mise au point (dite accommodation). Avec l’âge, la perte de cette accommodation se traduit par de la presbytie, et quand le cristallin devient opaque on parle de cataracte.
  • La rétine tapisse la partie postérieure de l’œil,  son rôle est de transformer les images reçues en signaux nerveux qu’elle transmet au cerveau via le nerf optique. De fait, la macula est une partie de l’œil :
    • La macula est une partie de l’œil. Elle occupe la partie centrale de la rétine sur une petite surface (diamètre de 2mm environ), directement dans l’axe optique. Elle transmet 90% de l’information visuelle traitée par le cerveau. La rétine contient des pigments maculaires, parmi lesquels la lutéine.
    • La lutéine (caroténoïdes) donne à la macula sa couleur jaune caractéristique. Elle a la propriété de filtrer la lumière bleue particulièrement agressive pour la rétine. C’est la raison pour laquelle la DMLA peut conduire à une perte de la vision centrale, tout en laissant habituellement intacte la vision périphérique.

DMLA, cataracte, sécheresse oculaire sont essentiellement des conséquences de phénomènes d’oxydations provoqués par des excès de radicaux libres. Avec l’augmentation de l’espérance de vie et le vieillissement de la population, ces pathologies de l’œil concernent de plus en plus de personnes.

Conseils pour bien se nourrir et préserver la vue

Les maladies oculaires sont liées à un vieillissement des cellules. Pour lutter contre ces dysfonctionnements de l’œil, il existe peu de médicaments. Toutefois, De nombreuses études ont permis de déterminer que l’alimentation pouvait jouer un rôle dans certaines maladies oculaires et prévenir ces pathologies.

Une alimentation diversifiée et saine peut venir au secours de vos yeux.

Consommez du poisson, des fruits de mer, des fruits et légumes de saison,

Adaptez vos temps de cuisson pour respecter la teneur en vitamines et minéraux présents dans ces produits. Les nutriments contenus dans ces aliments existent aussi sous forme de compléments alimentaires.

Il s’agirait finalement d’un menu similaire aux régimes conseillés pour le bon fonctionnement cardiovasculaire.

article-bon-a-savoir-icon

Et si on s’auto-testait ?

La grille d’Amsler permet de tester sa vision pour prévenir la DMLA : il suffit de fixer le quadrillage au milieu duquel se trouve un point noir. Si votre vision se déforme à la vue de celui-ci alors, il se peut que vous manifestiez l’un des symptômes de cette maladie.

Zoom sur les nutriments à privilégier :

La lutéine

La lutéine joue un rôle dans la protection de la rétine. Grâce à ses propriétés antioxydantes et protectrices, elle permet de prévenir la dégénérescence de la rétine

La lutéine est présente dans certains légumes verts (épinards, chou, brocolis), dans le maïs et le jaune d’œuf.

La zéaxanthine

La zéaxanthine est également un autre caroténoïde qui s’accumule dans la macula.

Elle est présente dans certains légumes verts tels que le chou vert, les épinards, le maïs, les poivrons et certains fruits (kaki).

Les Oméga-3

Les oméga-3  (notamment le DHA) contribuent au maintien d’une fonction visuelle normale car ils participent à la structure de la membrane des cellules de l’œil.

Beaucoup d’aliments regorgent d’Oméga 3. Par exemple ? Foie de morue, huile de colza ou de lin, poissons gras (anchois, sardines, etc.), noix…

Les antioxydants

Les antioxydants sont des molécules qui agissent contre l’oxydation des cellules. Leur rôle ? Neutraliser l’action des radicaux libres afin d’agir au cours des stades précoces du processus du vieillissement, et repousser les risques d’apparition de la DMLA.

Parmi ces antioxydants :

  • La vitamine C est présente dans de nombreux fruits et légumes (acérola, kiwi, poivron, brocolis, orange…)
  • La vitamine E  qu’on peut trouver dans certaines huiles (germe de blé, tournesol), les amandes, les graines de tournesol, ou les noisettes.
  • Le bêtacarotène (provitamine A) est présent dans certains fruits et légumes : carottes, abricots, mangues, légumes vert foncé, patates douces, persil…
  • On trouve du zinc et du cuivre dans les huîtres, le foie de veau, la viande de bœuf ou les lentilles mais aussi les œufs ou certaines céréales (flocons d’avoine par exemple) ou encore le chocolat.

Les gestes à adopter pour protéger ses yeux au quotidien

En plus de l’alimentation, quelques gestes simples peuvent aussi venir au secours de vos yeux.

  • Les rayons UV peuvent entrainer des anomalies ophtalmiques (cataracte, DMLA…). Il est donc primordial de protéger ses yeux avec de bons verres filtrants.
  • La lumière bleue émise par les écrans (téléphones, tablettes, ordinateurs) agresse la rétine et favorise le vieillissement prématuré de l’œil.
  • L’obscurité n’est pas à privilégier. La conduite de nuit fatigue énormément l’œil.
  • Pensez à faire vérifier votre vue régulièrement : c’est peut-être parce que vous devenez myope que vous avez si souvent des maux de tête…
  • Bannissez les radicaux libres de votre environnement (tabac, alcool…) : ils favorisent le vieillissement prématuré de l’œil.