Livraison gratuite à partir de 35€ d'achat

Notre première boutique est ouverte !

Nos coffrets cadeaux dès 15.90€

Le spécialiste des actifs naturels et bio

En cours de chargement...

Mon compte
Nouveau Client ?
Créer mon compte

Les plantes de la circulation


La mauvaise circulation dans les jambes est un phénomène courant. Elle se traduit par des sensations d’inconfort ou de fatigue dans les jambes, parfois même des engourdissements et des gonflements. Certaines plantes permettent d’améliorer la circulation sanguine. Zoom sur la vigne rouge, le fragon et le marronnier d’inde, ces plantes « coup de pouce circulation » qu’on retrouve sous forme de complément alimentaire.

La vigne rouge

Définition et composition

La vigne rouge (Vitis vinifera) est originaire d’Europe méridionale et du Moyen-Orient. Cultivée depuis l’Antiquité, elle doit son nom à la rougeur de son feuillage en automne. Elle appartient à la famille des Vitaceae.

Quasiment toutes les parties de la plante sont utilisées pour leurs propriétés spécifiques :

  • La feuille de vigne rouge contient des flavonoïdes (anthocyanosides, quercétine) : des pigments qui lui donnent cette couleur rouge flamboyante si caractéristique à l’automne. Ces tanins ont pour effet de renforcer la paroi des capillaires (des petits vaisseaux sanguins) et de réduire leur perméabilité.
  • L’enveloppe des pépins est riche en oligomères Pro Cyanidoliques (OPC), des flavonoïdes aux propriétés antioxydantes
  • La peau du raisin rouge renferme le resvératrol, un polyphénol aux propriétés antioxydantes utilisé par les plantes pour se protéger des agressions extérieures.

vigne rouge

Bienfaits de la vigne rouge

La vigne rouge est notamment reconnue pour contribuer à une bonne circulation sanguine dans les jambes et à réduire la sensation de jambes lourdes. La vigne rouge participerait également à une pression artérielle saine.

Il existe peu de contre-indications à l’utilisation de la vigne rouge. En cas de traitement médicamenteux, demandez néanmoins conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Le fragon

Définition et composition

Le fragon ou petit houx (Ruscus aculeatus) est utilisé depuis l’Antiquité pour améliorer la circulation. Il appartient à la famille des Asparagaceae : c’est un arbrisseau persistant adepte des climats tempérés et peu humides. Ce petit houx est doté de fleurs couleur crème, de fruits (baies) et de feuilles coriaces et piquantes aux extrémités. C’est sa racine qui est le plus souvent utilisée. 

fragon

Bienfaits du fragon

La racine du fragon contient un certain nombre d’actifs aux propriétés très intéressantes :

  • Des saponosides stéroïdiques (groupe des hétérosides) aux propriétés tensioactives : ils agissent sur le tonus des fibres musculaires recouvrant la paroi des vaisseaux sanguins et favorisent ainsi leur contraction.
  • Des flavonoïdes (rutoside) aux effets antioxydants.
  • Des acides-alcools (acide glycolique et acide glycérique) stimulant le renouvellement cellulaire.
  • Du sel de potassium (nitrate de potassium) qui agit notamment sur l’équilibre acido-basique de l’organisme.

Le fragon possède ainsi des vertus pour l’amélioration de la micro-circulation et des propriétés intéressantes pour retrouver des jambes légères.

Le fragon est déconseillé aux femmes enceintes.

Le marronnier d’Inde

Définition et composition

Introduit en Europe à la fin du XVIe siècle, le marronnier d’Inde appartient à la famille des Sapindaceae. Il a été surnommé « châtaignier des chevaux » en raison de son utilisation vétérinaire (pour soigner certains problèmes respiratoires touchant les équidés). On reconnaît le marronnier d’Inde à son tronc gris brun, ses feuilles palmées et ses tiges pétiolées. Son fruit (le marron) est entouré d’une capsule ovale ou ronde, recouverte de petites épines vertes.

Les parties utilisées sont l’écorce, les graines (marrons) et les bourgeons. Le marronnier d’Inde contient notamment une substance active (aescine), des saponosides triterpéniques, des flavonoïdes et des antioxydants.

article-bon-a-savoir-icon

Le saviez-vous ?

Le marron d’Inde a été introduit à Constantinople en 1557. Comme toutes les nouveautés de l’époque, on le pensait – à tort – tout droit issu de la route des Indes. Et pourtant, contrairement à ce que son nom indique, le marron d’Inde est originaire des Balkans.

circulation_marron

Bienfaits du marronnier d’Inde

On utilise le marron d’Inde pour ses propriétés circulatoires : l’aescine qu’il contient joue un rôle actif dans la circulation veineuse. Une étude1 montre l’impact de la prise d’extrait de marron d’Inde dosé en aescine  (sous forme de complément alimentaire, de façon régulière et durant plusieurs semaines).
On observe ainsi :

  • Une réduction significative de l’inconfort au niveau des jambes.
  • Une diminution des sensations de gonflements

Le marronnier d’Inde est déconseillé :

  • Aux femmes enceintes et allaitantes
  • Aux enfants.
  • En cas d’insuffisance rénale ou hépatique et de diabète insulinodépendant.
  • Attention aux interactions avec certains médicaments : le marronnier d’Inde ne doit pas être associé en cas de traitements anticoagulants, au lithium et aux antidiabétiques.

Améliorer sa circulation sanguine grâce aux plantes, est donc possible. Les actifs contenus dans la vigne rouge, le fragon et le marronnier d’Inde le démontrent. Certains compléments alimentaires permettent de les combiner, pour des résultats notables. Effet jambes légères garanti !

Sources :

Pittler MH et Ernst E, Horse chestnut seed extract for chronic venous insufficiency. Cochrane Database Syst Rev, 2012 Nov 14; 11: CD003230. doi: 10.1002/14651858.CD003230.pub4

À lire sur le même sujet

Je note cet article

Les plantes de la circulation

0 vote

Commentaires

Laisser un commentaire

Vos commentaires en lien avec le thème abordé seront publiés sous réserve de modérateurs.