Le spécialiste des actifs naturels et bio

En cours de chargement...

Mon compte
Nouveau Client ? Créer mon compte

Vrai/Faux : tout ce qu’il faut savoir sur l’arnica


L’huile à l’arnica ou gel à l’arnica, pour détendre les muscles ou limiter les ecchymoses, mais pas seulement… Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’arnica.

1. Qu’est-ce que l’arnica et où est-elle cultivée ? 

Originaire des régions montagneuses de l’Europe, du sud de la Russie et d’Amérique, l’arnica est une plante vivace à fleur jaune-orangé sauvage. Elle pousse en altitude et existe sous différentes espèces. L’arnica montana étant la plus communément utilisée en phytothérapie, pour ses propriétés calmantes et adoucissantes.

2. Comment récolte-t-on l’arnica ?

En France, l’arnica pousse à partir de 600m d’altitude environ. Elle fleurit à partir de la fin du printemps. On la trouve dans les prés pauvres et les bois clairs des Alpes, des Vosges, du Massif-Central et des Pyrénées. Les capitules de l’arnica sont récoltés très tôt le matin (avant le lever du soleil). La cueillette s’opère au début de l’été, avant leur épanouissement, pour préserver ses matières nutritives. On les achemine juste après les avoir cueillis, pour en extraire et conserver au mieux les actifs.

3. L’arnica seulement en gel ?

Faux. L’arnica peut s’utiliser en granules ou comprimés homéopathiques, mais aussi sous forme d’huile de massage, en crème, en gel, en stick…

4. L’arnica, un remède ancestral ?

Vrai. Les vertus thérapeutiques de l’arnica figurent déjà dans les traités de médecine de la Grèce Antique, pour le traitement des traumatismes. L’arnica tirerait ses bienfaits des substances comme les flavonoïdes et les lactones sesquiterpéniques contenus dans ses fleurs. Elle est enregistrée dans la liste des plantes médicinales de la Pharmacopée française, et son usage est reconnu par l’OMS.

5. L’arnica pour prévenir la formation d’ecchymoses ?

Vrai. C’est son utilisation la plus courante : après un choc (accident, chute…) l’arnica permet d’apaiser certaines douleurs séquentielles, notamment musculaires. L’ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy) reconnaît son efficacité pour le traitement des ecchymoses et des entorses. Les propriétés anti-inflammatoires et antalgiques de l’arnica favoriseraient la résorption des saignements à l’origine de l’hématome ou de la bosse.

6. L’arnica pour s’échauffer avant une activité sportive ?

Vrai. L’arnica peut même être utilisée à titre préventif, en cas d’efforts physiques importants (randonnée, compétition sportive…). Une application sous forme de friction rapide permet de tonifier le corps et de préparer les muscles avant le sport.

7. L’arnica pour lutter contre les courbatures après un effort ?

Vrai. Prisée des sportifs, l’arnica permet d’éliminer les déchets qui s’accumulent dans les muscles pendant l’exercice physique. Elle limite crampes et courbatures, et donc le surmenage musculaire ou articulaire après l’effort.

8. L’arnica pour apaiser les tensions dans le dos ?

Vrai. En particulier pour les personnes sujettes au stress ou souffrant de raideurs. Un massage à l’huile d’arnica permet de décontracter les muscles et de relaxer le corps, et de profiter ainsi pleinement de ses vertus apaisantes.

9. Alors, indispensable l’arnica ? OUI !

Pour apaiser les tensions musculaires, calmer les bosses des casse-cous, épauler les sportifs… L’arnica s’avère indispensable dans de multiples situations ! Ses vertus anti-inflammatoires et antalgiques en font l’alliée incontournable de la trousse à pharmacie, et pour toute la famille.

À lire sur le même sujet

Je note cet article

Vrai/Faux : tout ce qu’il faut savoir sur l’arnica

0 vote

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Vos commentaires en lien avec le thème abordé seront publiés sous réserve de modérateurs.

sabatier
11 janvier 2018

article très intéressant me sers souvent de l'arnica montana et de l'harpagophitum pour mes douleurs neuropathiques Mille fois merci